Loading...

lundi 30 août 2010

Des voisins complices

Au printemps 2008, une construction de condos commença juste à côté de chez nous. C'était l'attraction du coin. Beaucoup de monde s'arrêtait là pour regarder le développement du chantier. La construction dura environ deux ans.

Les travailleurs sont restés assez longtemps pour que je m'habitue à leur présence et que je m'aperçoive que certains ne se gênaient pas pour me harceler aussi. Mais, chez ceux-là, ils le faisaient toujours avec une connotation sexuelle. Connaissant les habitudes vulgaires du milieu de la construction, je n'en avais pas vraiment fait de cas jusqu'à ce que l'un d'eux me lance des commentaires dégradants en m'apercevant en train d'étendre mon linge sur la corde, le plus normalement du monde. Je n'ai rien dit tellement j'étais déconcertée.

Puis, un jour, l'un des jeunes travailleurs m'a prise en photo. C'était assez étrange car il s'était couché sur le banc d'en avant d'une voiture stationnée sur le chantier, fesses et jambes sorties à l'extérieur afin de réaliser son geste qu'il devait chercher à cacher. Je suis rentrée dans la maison dès que je l'ai vu. Mais, je crois qu'il avait eu le temps de prendre ma photo.

Peu de temps après, j'ai vu un voisin pointer une caméra-vidéo installée sur un trépied direct sur mon balcon. J'ai eu peur que ce soit un voyeur, j'ai donc installé des toiles de plastique qui laissaient passer la lumière pour plus d'intimité. Cela a duré environ 10 mois. Durant cette période, j'en en avais parlé à ma propriétaire mais au moment où elle en a parlé aux propriétaires des personnes concernées, la caméra n'était déjà plus là. Alors, je ne sais pas ce qu'elle leur a montré et raconté. Mais, ces gens ont réaménagé la pièce et ajouté des rideaux tandis que leurs propriétaires, eux, ont commencé à m'éviter. C'est comme cela que j'ai compris qu'elle leur avait parlé. Mais, c'était pour leur dire quoi ? Il n'y avait déjà plus rien!

Un autre jour, j'avais dû faire le tour par la rue principale au lieu de passer par la ruelle parce qu'elle était bloquée. Lorsque j'avais regardé derrière la maison avant de constater cela, j'avais remarqué que mon voisin d'en arrière observait le chantier. Il était juste à côté de chez lui, près du chantier. Puis, étrangement, alors que je faisais le détour, il a emboîté le pas en ma direction. Il est passé juste à côté de moi. Je m'attendais à ce qu'il me salue, mais non. Il est passé tout droit en me dévisageant, puis a rebroussé chemin après m'avoir passé au crible. C'était clair ! Il était venu pour voir de quoi j'avais l'air de proche. Naïvement, j'avais tout juste commencé à ouvrir la bouche pour le saluer en guise de bon voisinage mais j'ai figé lorsque j'ai vu comment il se comportait. J'avais raconté cette anecdote à une amie lui disant qu'il semblait avoir une famille. Elle a semblé désapprouver totalement une telle attitude chez un homme marié. Plus tard, il a participé à un "blitz"de rouge dans le voisinage autour de chez moi. Ce genre d'événement fait partie des techniques de Gang Stalking et est organisé dans le but de conditionner les personnes ciblées à certains éléments afin qu'elles finissent par les généraliser et croire que tous ceux qui portent du rouge (par exemple) font partie de ceux qui les harcèlent. Autrement dit, ils cherchent à rendre le monde fou en les conditionnant de la sorte.

Puis, les condos s'achevant ils ont commencé à se vendre et peu à peu, ils se sont remplis de monde. Je n'avais même pas encore eu le temps de les rencontrer ni de faire leur connaissance que j'en ai vu qui me pointaient du menton en regardant dans ma direction. Par exemple, un jeune homme que je ne connaissais pas m'a montré ainsi, sans me pointer du doigt, à une fille qui semblait être l'une de ses copines. Celle-ci à son tour m'a regardé et tous les deux se sont mis à rire en me regardant. Chose que j'avais trouvé assez étrange puisque ce même scénario se reproduisait souvent dans cette période-là. Et, chaque fois que je voyais des gens le faire, c'était toujours le fait d'un seul homme qui s'adressaient à une femme. Les hommes étaient tous des voisins immédiats mais les femmes, elles, ne semblait pas l'être. Comme cela se produisait quand j'étais à l'extérieur et qu'eux étaient dans mon champ de vision, j'ai compris qu'ils faisaient tous exprès pour que je les voient faire. C'était donc le début d'une grave diffamation à mon endroit.

Et, petit à petit tout le voisinage a semblé bien vouloir croire à ce qu'on leur avait dit et ont fini par être impliqué dans le Gang Stalking de différentes manières, la plupart sans même savoir qu'ils devenaient complices des vrais criminels.

La communauté se prête volontiers au jeu du Gang Stalking. Ils se croient tous  justifiés de surveiller les individus ciblés soit parce qu'ils sont convaincus de faire une bonne action ou bien parce qu'ils se donnent ce prétexte pour donner libre cours à leurs fantasmes pervers et malicieux selon ce qu'ils imaginent être vrai. Pourtant on les a manipulé avec des propos diffamatoires et par de la désinformation.

Plus tard, lorsque j'avais parlé au téléphone de détails qui m'avaient frappé chez ces voisins,  et comme par hasard en moins de quarante huit heures ces éléments avaient été changés chez tous ces mêmes voisins. Quelqu'un avait donc écouté ma conversation téléphonique et les avait avisé afin qu'ils apportent des modifications. Mais pourquoi? Qu'est-ce qui les dérangeait? Pour moi c'était plutôt étrange. Et, cela a attiré mon attention. C'est d'ailleurs de cette manière que j'ai compris que j'étais sur écoute.

Mais tout cela, c'était bien avant que le reste du monde du quartier et d'ailleurs commence à signaler ma présence partout où j'allais en faisant leurs signaux de surveillance illégale comme se toucher le nez, les yeux ou le menton en m'apercevant. 



jeudi 5 août 2010

Brûlure chez le dentiste

Êtes-vous déjà sorti de chez le dentiste avec une brûlure ? Moi, je n'ai jamais entendu ça. Je suis sortie de chez mon dentiste avec une brûlure à la bouche.  La brûlure s'étendait de l'intérieur de la lèvre inférieure puis, sur le dessus jusqu'en dessous, à l'extérieur. 

J'étais allée chez le dentiste pour faire réparer une dent à l'endroit où un petit morceau était tombé. Je n'ai pas eu besoin d'anesthésiant en injection. Au début, je ne savais pas ce qui causait cette brûlure sur ma lèvre. J'ai cru pendant un moment que c'était peut être la lèvre qui avait été  trop étirée par l'opération et qu'elle avait fendue. Mais, je ne pouvais rien dire ni vérifier tant qu'ils n'eurent pas terminé le travail. J'avais la bouche grande ouverte et le dentiste ainsi que son assistante travaillaient à l'intérieur.

Après cela, je leur ai dit que ça me brûlait sur la lèvre. L'assistante m'a essuyé la lèvre avec un tissus mouillé. Mais, au lieu de me soulager, ça me faisait encore plus mal et cela, sur une plus grande surface. Elle avait étendu le produit qui me brûlait. Je n'ai pas manqué de  le lui dire. Elle m'avait ensuite donné le tissus. J'ai bien essayé d'essuyer le reste mais c'était comme si je n'avais rien fait.  Ça brûlait, c'est tout.  Puis, elle m'a apporté de la vitamine E sur un coton tige que j'ai appliqué dessus. Cela ne me soulageait pas vraiment. Elle m'a dit que ça allait partir tout seul assez rapidement. 

Mais, lorsque j'étais dans la salle d'attente, ça continuait de me brûler. J'ai regardé dans un petit miroir de poche et j'ai vu l'étendue de la brûlure. Je n'en revenais pas. J'ai déjà entendu toutes sortes de choses à propos des dentistes mais jamais une histoire de brûlure.

Je suis donc allée voir la réceptionniste pour lui demander le nom des produits qu'ils avaient utilisé  pour la réparation de ma dent. Ne le sachant pas, elle est allée demander aux intéressés. Elle revenue en me disant qu'ils ne pouvaient pas savoir lequel des produits avait fait cela car ils en avaient utilisé trois. J'ai dit à la réceptionniste que je désirais obtenir les noms de ces trois produits, que c'était important pour moi. Elle est allée leur dire et m’a rapporté un autre coton tige de vitamine E.
.
Un peu plus tard, le dentiste est arrivé avec une petite liste  dont le premier nom était l'acide phosphorique. C'était sûrement ce qui avait causé ma brûlure. Mais, il insistait sur la probabilité que ce soit une allergie au latex. Je lui ai dit que ce n'était pas le  cas, ici, car le produit avait été étendu lorsque son assistante m'a essuyé la lèvre. Je n'avais jamais d'ailleurs été allergique au latex. Si maintenant les dentistes ne savent pas lesquels des produits qu'ils utilisent sont corrosifs, il y a vraiment de quoi avoir peur d'aller les voir. Mais, était-ce une faute professionnelle ou de la malveillance? Et, avaient-ils fait par exprès? Ça on ne le saura jamais. Mais, pendant ce temps la douleur et les marques sont bel et bien là.

Étrange! Mes tortionnaires m'avaient avisé la veille qu'il avaient fait en sorte que j'aie du mal chez le dentiste. Mais, à ce moment-là, ils semblaient croire que je serais simplement mal anesthésiée. Ce qui ne fut pas le cas. Ils disaient: "Ça n'a pas d'allure ce que le dentiste va faire avec elle. Elle va souffrir et son fils va la voir comme cela. Il ne comprendra pas qu'elle ne soit pas gelée." Ils espéraient que j'aie l'air d'une folle dans une situation aussi subjective que celle du vécu de la douleur.  Mais, après, ils ont dit : "Non, elle ne laissera pas faire. Oups!... J'ai trop parlé."

Je me demandais bien ce que cela voulait dire, concrètement. Mais, je leur avais répondu que s'il se passait quoi que ce soit chez le dentiste, je me  tournerais vers eux. Ils savaient pertinemment que j'allais chez le dentiste presque au même moment que mon fils. Mais, mon intervention a été de courte durée ce qui fait que j'avais terminé un peu avant qu'il n'arrive. Il n'a donc pas assisté à l'intervention. Mais, ayant déjà terminé il était à côté de moi lorsque le dentiste m'a apporté les noms.

Et, aujourd'hui, ils m'ont dit qu'ils n'étaient pas contents de moi car ils allaient avoir des problèmes avec ce dentiste. Ceci, simplement parce j'avais donné de l'information sur le Gang Stalking à la réceptionniste en n'oubliant pas de mentionner que j'étais victime de diffamation et qu'il y aurait certainement un procès. Est-ce que cela signifiait qu’ils lui avaient bel et bien parlé à ce professionnel avec des mauvaises intentions? Peut-être. Bien que ce soit difficile, je garde toujours en tête que malgré le lot incroyable d’actes malveillants, il se peut toujours que ce soit un simple accident.

Par contre, en contexte de Gang Stalking, ce genre d'incident arrive régulièrement aux personnes ciblées lorsqu'elles utilisent les services des professionnels. Car les harceleurs, malveillants à l'endroit de  ces personnes n'hésitent pas à lâcher ce fameux coup de fil aux professionnels qu'elles consultent juste avant qu'elles se présentent à leur cabinet. Cet appel se voulant destructeur, ces derniers s'ingénient à les maltraiter sans que cela ne paraissent parce qu'ils croient qu'elles méritent d'être traité de la sorte. Et, lorsque leurs clients ciblés s'en aperçoivent et trouvent à redire sur la façon dont ils ont été traités, ces "bons" professionnels minimisent la chose et essaient de reporter la faute sur leur dos alléguant une quelconque lacune chez eux afin,  évidemment, ne pas mettre en cause leur propre travail.  

Pourtant, pour une personne ciblée, il ne s'agit pas d'une petite affaire ni d'un incident isolé. Cela se produit à chaque fois qu'elle consulte un professionnel.  Si elle en change, il y aura peut-être autre chose mais ce sera le même scénario. Et, des professionnels, elle en consulte plus que la moyenne des gens. Il faut savoir que les harceleurs du Gang Stalking causent toutes sortes de problèmes  aux personnes ciblées leur occasionnant des démarches continuelles de toutes sortes. À cause de tout ce sabotage, toutes les portes leur sont rendues très difficiles d'accès, voire impossibles à ouvrir. Ces désagréments font partie des tactiques de blocages et de retardements utilisées contre la cible à détruire. De plus, ces incidents s'ajoutant à la surveillance constante ainsi qu'à tous les autres types de harcèlement vécus quotidiennement, cela fait beaucoup de désagréments à vivre pour une seule et même personne. C'est de la pure malveillance! Ceci, pour ne pas dire mépris ou haine gratuite.


Le saviez-vous...

C'est avec des milliards et des milliards de petites gouttes d'eau que sont formées les  mers. Et, le Gang Stalking lui, est formé d'autant de petits actes malveillants qui finissent par détruire complètement la personne qui est ciblée.